Loading cart contents...
View Cart Checkout
Cart subtotal:

Montre-moi ta gapette...

Je te dirai qui tu es

La gapette, ce petit truc en plus, ce petit je-ne-sais-quoi, ce petit rien qui vous habille. Bon je vous déconseille tout de même fortement de pédaler complètement à poil, non pas que ce soient les poils le problème, enfin bref…

Un peu comme une étiquette collée sur votre front (on n’en est pas loin, vous me direz) la gapette dévoile une petite partie de vous. Votre humeur, votre style, votre état d’esprit.

 

Et toi, quel type de gapetteur es-tu ?

Attention 100% cliché. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

Tu portes une casquette de cycliste
Tu fais partie des « gens qui roulent » parce que seuls les vrais savent #tmtc

Tu portes une casquette vélo sans casque
Tu es fier d’appartenir à cette tribu et/ou tu commences à manquer de poils sur le caillou.

Un peu délavée et à 3 pans ?
T’es rétro (mais t’aime pas trop ceux des taxis)

Nom d’équipe type St Raphaël, Peugeot, Molteni
Tu es fan inconditionnel de cyclimsme, geek en cuissard 🙂

Tout ce qui a attrait à Brooklyn
T’es juste un hipster, t’inquiète on t’aime quand même…

Nom de ton club avec plein de logos de sponsors 
Petit poulain, tu es fier de ton écurie #poney

Gapette d’un événement cyclo 
T’es fier d’être allé roulé le dimanche matin et tu le montres !

À pois ou à carreaux 
Tu es urbain chic

Complètement bariolée 
Tu t’assumes totalement, tu veux que l’on te remarque

Avec un gros message sur la visière 
Tu as besoin de t’affirmer (et d’envoyer bouler la planète entière)

Elle est sobre 
Tu es réservé ou c’est juste pas ton jour, tu veux te fondre dans la masse et dormir tranquille en-dessous.

Avec la marque du cadre/vélo/tubes 
Tu es amoureux transi de ton vélo, c’est fusionnel

Tu en as une pour chaque jour de la semaine 
Tu es procédurier

Tu en as plus de 2000 
tu t’appelles Hans Kooijman

➔ Pour aller plus loin dans ton profil psychologique de gapetteux je t’invite à lire la « MÉTAPHYSIQUE DE LA VISIÈRE«